«

»

juin 04

Les garanties des assurances e-reputation

garanties assurance e-réputation

La création ou la modification de votre identité numérique ne dépend pas forcément de vous

Atlantico s’intéresse dans un article aux garanties des contrats d’assurance e-réputation. Cet article fait suite au lancement récents de deux contrats d’assurance e-réputation : le contrat d’assurance e-réputation Swiss Life et celui encore plus récent d’Axa e-réputation, dans le cadre d’une protection familiale étendue aux risques de l’internet.
Atlantico distingue les atteintes aux tiers possibles, dont certaines peuvent nécessiter une assistance juridique :

  • les escroqueries sanctionnées pénalement
  • l’atteinte à la vie privée telle que définie dans le code civil
  • la violation des données personnelles

Le journaliste expert en e-sécurité fait tout d’abord le constat qu’il existe de nombreuses exceptions à la prise en charge : les commentaires et les données que l’assuré aurait lui-même déposer dans un blog sur un forum. Sont également exclues des contrats d’assurance e-réputation les activités ayant un rapport avec la vie « publique » de l’assuré, dans le cadre d’une association, dans le cadre d’un mandat politique ou même de part son activité professionnelle.

Ces contrats d’assurance e-réputation ne couvrent que les propos diffusés sur le web, où il est encore possible de les modifier. Les écrits de la presse ne sont par exemple pas concernés.

Atlantico relève également que l’assistance juridique prévue dans les contrats est parfois plus que limitée, par exemple à 5000 € maximum dans le cadre d’une année.

Ensuite, il ne faut pas oublier que le « nettoyage » proposé se limite souvent à une disparition des résultats des premières pages des moteurs de recherche (Google étant le premier des moteurs de recherche). Un prestataire spécialiste de la gestion de la réputation online est en effet mandaté par la compagnie d’assurance pour créer du contenu « positif » ou du contenu neutre sur la personne concernée. Ceci afin de créer des pages qui se classeront devant le contenu négatif dans les moteurs de recherche. L’internaute aura ainsi l’illusion de voir le contenu incriminé disparaître, alors que le web gardera probablement une trace des pages, ne serait-ce que dans le cache des moteurs de recherche.

Lire l’article d’Atlantico sur le sujet : « Après Swisslife, c’est désormais l’assureur français Axa, qui a lancé récemment une nouvelle assurance couvrant les risques liés à Internet et en particulier ceux qu’ils désignent par le néologisme « d’e-réputation ».

» Comparer les assurances e-réputation
Devis gratuit sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>